À Tokyo, la renaissance du fleuve Tama

7 photos
Où frayer...

Où frayer...

Photo 1/7© Ken Tsurusaki

Au printemps, les maruta se rassemblent près des berges pour trouver un endroit où frayer. L’amélioration de la qualité de l’eau a permis le retour de cette espèce dans le Tama.

Le saut de l’ayu

Le saut de l’ayu

Photo 2/7© Ken Tsurusaki

Un jeune ayu saute hors de l’eau. Au printemps, cette espèce remonte le fleuve depuis la baie de Tokyo, via, des passes à poissons installées sur les barrages et les déversoirs.

Avant le grand nettoyage

Avant le grand nettoyage

Photo 3/7© Ken Tsurusaki

Il y a près d’un demi-siècle, l’eau à proximité du pont de la ligne Tokyu Toyoko et du déversoir de Chofu symbolisait la pollution dont souffrait le Tama. Les résidus d’un détergent domestique y créaient une mousse en surface.

Opération séduction

Opération séduction

Photo 4/7© Ken Tsurusaki

Journée sur le fleuve pour des élèves de l’école élémentaire. Cette sortie est destinée à développer chez les enfants un sentiment d’appartenance à leur région.

Pêche à l’ayu

Pêche à l’ayu

Photo 5/7© Ken Tsurusaki

Depuis toujours, ce poisson est l’espèce emblématique du Tama. Le cours supérieur du fleuve, l’un des plus urbanisés du Japon, bénéficie d’une eau de plus en plus propre et d’un environnement verdoyant.

Une faune invasive

Une faune invasive

Photo 6/7© Ken Tsurusaki

Cette tortue serpentine n’est pas une espèce indigène. L’étude du fleuve a révélé que, outre cette tortue, des espèces invasives, telles l’achigan à petite bouche ou la grenouille-taureau, ont élu domicile dans le Tama.

Arrivée dans la baie de Tokyo

Arrivée dans la baie de Tokyo

Photo 7/7© Ken Tsurusaki

Après nombre de méandres, le Tama se jette dans la baie de Tokyo à hauteur de l’aéroport Haneda. En dépit d’un environnement fortement urbanisé, le fleuve a conservé une bonne partie de son charme.

Diaporama à suivre ...