Alimentation : découvrez les propriétés nutritives de sept espèces d'algues

7 photos
KAPPAPHYCUS SPP.

KAPPAPHYCUS SPP.

Espèce d’algues à croissance très rapide, dont on extrait une substance utilisée comme gélifiant dans l’industrie pharmaceutique et alimentaire. 

Photo 1/7© © Shuttershock
GÉOMON BLANC (ou mousse d’Irlande)

GÉOMON BLANC (ou mousse d’Irlande)

Une algue rouge très répandue sur les côtes atlantiques d’Europe et d’Amérique du Nord. Riche en polysaccharides, elle est utilisée en Irlande depuis des siècles pour donner plus de consistance aux desserts lactés.

Photo 2/7© © Shuttershock
WAKAMÉ (ou fougère de mer)

WAKAMÉ (ou fougère de mer)

C’est un ingrédient de la soupe miso japonaise, également utilisé en médecine chinoise traditionnelle. En raison de la facilité avec laquelle il se propage, il fait partie du groupe des 100 espèces invasives les plus dangereuses du monde.

Photo 3/7© © Shuttershock
NORI

NORI

Ce terme regroupe plusieurs algues rouges comestibles du genre Porphyra et donne son nom aux aliments auxquels elles servent de base. Les feuilles enroulées autour des sushis sont à base de nori.

Photo 4/7© © Shuttershock
CAULERPE (ou raisin de mer)

CAULERPE (ou raisin de mer)

Ce « caviar vert », qui a une texture molle et très goûteuse, est cultivé en grande quantité aux philippines. On le consomme cru dans du vinaigre, en apéritif ou en salade.

Photo 5/7© © Shuttershock
HIJIKI

HIJIKI

Bien que les Japonais estiment que ses bienfaits sont nombreux pour la santé et la beauté, de récentes études mettent en garde contre sa forte teneur en arsenic inorganique. Il pousse le long des côtes rocheuses du Japon, de la Corée et de la Chine.

Photo 6/7© © Shuttershock
KOMBU

KOMBU

Le genre Laminaria comprend plus de 30 espèces d’algues brunes. La Laminaria japonica, ou kombu, est l’un des principaux ingrédients de la cuisine japonaise.

Photo 7/7© © Shuttershock

Diaporama à suivre ...