Ces animaux passés maître dans l'art du camouflage

6 photos
L’araignée qui aimait les fleurs

L’araignée qui aimait les fleurs

Photo 1/6© Art Wolfe, "L'art du camouflage", Éditions Hugo Image

Pour se cacher dans les fleurs, l’araignée-crabe jaune (Misumena vatia) a une astuce : elle secrète des pigments jaunes dans les couches extérieures de sa peau. Si toutefois elle se promène sur une marguerite, elle est capable de retrouver sa couleur blanche d’origine pour redisparaître.

Le poisson pêcheur

Le poisson pêcheur

Photo 2/6© Art Wolfe, "L'art du camouflage", Éditions Hugo Image

Il peut prendre l’apparence de la roche, du corail, des éponges ou des algues. Grâce aux replis de sa peau, le poisson-grenouille peint (Antennarius pictus) est également capable de « mimer » un appât devant sa bouche. Le temps de comprendre ce qui lui arrive, la proie est déjà avalée !

L’oiseau qui se croyait invisible

L’oiseau qui se croyait invisible

Photo 3/6© Art Wolfe, "L'art du camouflage", Éditions Hugo Image

Dissimulé dans la toundra, en Alaska, ce petit lagopède à queue blanche (Lagopus leucura) est toujours assorti à son environnement : son plumage change de couleur à chaque saison. Ses plumes passent ainsi du brun au blanc, en fonction de la teinte du sol. L’oiseau est tellement sûr de ne pas se faire repérer qu’il se laisse facilement approcher. Reste à le discerner dans le paysage…

Le redoutable Grand-duc d’Amérique

Le redoutable Grand-duc d’Amérique

Photo 4/6© Art Wolfe, "L'art du camouflage", Éditions Hugo Image

Le voyez-vous ? Caché dans une forêt de l’Oregon (Etats-Unis), ce hibou (Bubo virginianus), lui, ne manque pas ses proies. Son régime alimentaire est d’ailleurs particulièrement varié. L’étude de ses pelotes de réjection a montré qu’il consommait des rongeurs, des poissons, des chouettes, mais aussi des chiens, des chats ou même de jeunes alligators.

Salamandre automnale

Salamandre automnale

Photo 5/6© Art Wolfe, "L'art du camouflage", Éditions Hugo Image

Surprise à Tessin (Suisse), cette salamandre tachetée noire et jaune (Salamandra salamandra) a trouvé une parfaite cachette sous les feuilles. Sa peau émet d’abondantes sécrétions irritantes pour les yeux et la bouche des prédateurs qui s’aventureraient à la saisir.

Carapace en camouflage

Carapace en camouflage

Photo 6/6© Art Wolfe, "L'art du camouflage", Éditions Hugo Image

Ces bébés tortues mata-matas (Chelus fimbriata) se confondent parfaitement avec les feuilles mortes. D'autant que, dans les marais dans lesquels elles vivent (dans le bassin de l'Amazone, notamment), elles restent immobiles dans l'eau, bouche ouverte, en attendant qu'un petit poisson passe à leur portée. 

Diaporama à suivre ...