Comment les outils des explorateurs ont-ils évolués ?

6 photos
La plus ancienne chaussure connue (3 500 av. J.-C.)

La plus ancienne chaussure connue (3 500 av. J.-C.)

Photo 1/6© © Gregory Areshian

Les pieds peuvent être cause de véritables catastrophes pour l’explorateur. Être bien chaussé est parfois une question de vie ou de mort. Vieille de  5 000 ans, la plus ancienne chaussure en cuir a été découverte dans les montagnes d’Arménie, où les hivers sont rigoureux et où les habitants parcourent de longues distances. 

Botte lunaire (1971)

Botte lunaire (1971)

Photo 2/6© © Detlev van Ravenswaay, Science Source/Photo Researchers Inc.

La botte lunaire de la mission Apollo protégeait des écarts de température constatés à la surface de la Lune qui peuvent atteindre une centaine de degrés quand on passe de l’ombre à la lumière du Soleil.

Carte babylonienne du monde (vers 600 av. J.-C.)

Carte babylonienne du monde (vers 600 av. J.-C.)

Photo 3/6© © Erich Lessing, Art Ressource, NY

Où suis-je ? Pour répondre à cette question, chaque civilisation a cartographié le monde. Vieille de 2 600 ans, cette carte babylonienne en pierre montre une « mer de sel » circulaire entourant Babylone et les régions voisines. 

Application Living Earth HD (2012)

Application Living Earth HD (2012)

Photo 4/6© © Application Leaving Earth, Clock & Weather

Aujourd’hui, des applications de smartphone à moins de 1 euro permettent de situer un lieu à quelques mètres près, et des phénomènes aussi passagers que des nuages sont visibles presqu’en temps réel.

Lewis et Clark (1806)

Lewis et Clark (1806)

Photo 5/6© © American Philosophical Society

Voilà un objet qui a peu évolué depuis des siècles : le carnet de terrain des explorateurs. Tout en cartographiant l’Ouest américain, Lewis et Clark écrivirent des milliers de pages au cours de leur mission, de  1803 à 1806. D’un eulachon, Lewis disait : «  Il est supérieur à tous les poissons que j’ai goûtés. » 

Joel Sartore (1998)

Joel Sartore (1998)

Photo 6/6© © Rosa Maria Ruiz

Les notes de Joel Sartore sur les terribles conditions régnant dans le parc national Madidi, en Bolivie, sont une réponse éloquente à la question : Quel prestige y a-t-il a être photographe pour le National Geographic ? 

Diaporama à suivre ...