Conquérir l'Everest aujourd'hui : déchets, embouteillages et morts

9 photos
Des bouchons au sommet

Des bouchons au sommet

Photo 1/9© © Subin Thakuri, Utmost Adventure Trekking

19 mai 2012 : bouchon au ressaut Hillary, un mur de roche haut de 12 m situé juste sous le sommet de l’Everest. Des alpinistes y ont attendu plus de deux heures. Ce jour-là, 234 personnes ont atteint la cime. Et quatre grimpeurs sont morts. 

À la queue leu-leu

À la queue leu-leu

Photo 2/9© © Andy Bardon

Une longue file progresse péniblement sur la face du Lhotse vers le camp 4, dernière étape avant le sommet. Règles laxistes et essor des expéditions commerciales ont rendu l’Everest bien plus accessible tant aux alpinistes aguerris qu’aux novices.

Des risques inutiles

Des risques inutiles

Photo 3/9© © Andy Bardon

Membre de l’expédition, Hilaree O’Neill franchit une crevasse de la cascade de glace du Khumbu sur un pont fait d’échelles en aluminium liées ensemble. Réputée comme l’un des dangers les plus imprévisibles de l’Everest, cette cascade est un labyrinthe mouvant de blocs de glace disjoints. 

"Section Popcorn"

"Section Popcorn"

Photo 4/9© © Andy Bardon

Après avoir séjourné plus en altitude pour s’y acclimater, des alpinistes descendent à travers la cascade de glace du Khumbu. Les gigantesques blocs de glace enchevêtrés ont valu à cette partie de la cascade le surnom de « section Popcorn ». 

Des cadavres sur la route

Des cadavres sur la route

Photo 5/9© © Kristoffer Erikson

Des alpinistes passent à côté du corps de Shriya Shah-Klorfine, morte le 19 mai 2012, à 33 ans. La Népalo-Canadienne s’est effondrée lors de sa descente depuis le sommet. 

Camp de base avec wi-fi

Camp de base avec wi-fi

Photo 6/9© © Anjin Herndon

Sur le versant népalais, des centaines d’alpinistes se retrouvent au camp de base – un village temporaire surpeuplé offrant douche chaude au seau, accès Internet et plats chauds cuisinés sur place. 

Panorama au sommet

Panorama au sommet

Photo 7/9© © Emily Harrington

Lors de l’expédition, Emily Harrington a utilisé un iPhone pour réaliser la vue composite panoramique depuis la cime. 

Autoportrait d'une alpiniste via Instagram

Autoportrait d'une alpiniste via Instagram

Photo 8/9© © Emily Harrington

Emily Harrington se remettait juste d’une infection respiratoire. « Toute l’ascension a été un combat mental », dit-elle. 

Des lumières dans la nuit

Des lumières dans la nuit

Photo 9/9© © Kristoffer Erickson

De nuit, des lampes frontales dessinent une voie vers le sommet. Faute de règles de sécurité assez strictes, d’autres dangers que l’altitude et les éléments guettent les alpinistes. Selon un guide, « le plus dangereux sur l’Everest, c’est quand M. Tout-le-Monde tente de l’escalader ». 

Diaporama à suivre ...