Diaporama : Au Groenland, le changement climatique se voit déjà

7 photos
La glace se referme

La glace se referme

Photo 1/7© LUCAS SANTUCCI /UnderThePole /zeppelinNetwork

“Après un an de navigation et de plongées au large des côtes groenlandaises, nous avons volontairement laissé le Why, notre goélette, se prendre dans les glaces. Selon les Groenlandais, il y a une quinzaine d’années, la banquise se formait dès le mois de novembre. Aujourd’hui, il faut attendre le mois de janvier. Et elle fond plus tôt qu’auparavant.”

En baie de Disko

En baie de Disko

Photo 2/7© LUCAS SANTUCCI /UnderThePole /zeppelinNetwork

“La ville de Godhavn (son nom danois) se trouve au sud de la baie de Disko, une zone connue pour ses icebergs. Depuis quelques années, le recul de la calotte glaciaire y est flagrant : les glaciers côtiers relâchent de plus “petits” icebergs, qui ne dépassent pas 40 m de haut. En revanche, ces icebergs sont beaucoup plus nombreux que par le passé. Pour les pêcheurs locaux, naviguer devient plus compliqué.”

 

La meute de chiens, l’image d’un mode de vie menacé

La meute de chiens, l’image d’un mode de vie menacé

Photo 3/7© LUCAS SANTUCCI /UnderThePole /zeppelinNetwork

“La banquise est le socle du mode de vie groenlandais. Elle relie les villages entre eux. Les habitants pêchent sous la glace. Ils chassent en traîneaux à chiens, notamment le phoque dont le foie, consommé cru, apporte les vitamines qui compensent le manque de fruits et légumes. Avec la disparition programmée de la banquise, il va leur être difficile de rester autonomes sur le plan alimentaire. Les Groenlandais sont formels : pour eux, le changement climatique est déjà une réalité.”

Étudier la glace

Étudier la glace

Photo 4/7© LUCAS SANTUCCI /UnderThePole /zeppelinNetwork

“L’expédition Under The Pole II avait notamment pour but de servir de “bras” à des scientifiques qui ne pouvaient pas venir sur place. Nous avons ainsi effectué des carottages de glace pendant tout l’hiver. L’objectif était de mesurer finement la quantité de CO2  piégé. En parallèle, nous avons étudié les micro-organismes liés à la banquise, qui utilisent du CO2  au cours de leur vie. Cette “pompe banquise” à dioxyde de carbone est encore mal connue de la science.”

Du bleu sous le blanc

Du bleu sous le blanc

Photo 5/7© LUCAS SANTUCCI/UnderThePole/zeppelinNetwork

“Le bleu de l’océan contraste tellement avec la blancheur de la surface ! La photo a été prise lors d’une plongée, juste avant l’arrivée de l’hiver. En surface, la banquise ne s’était pas encore formée et la lumière pénétrait bien sous l’eau. L’océan était redevenu limpide : quelques semaines plus tôt, le plancton était en plein boom et troublait la visibilité.”

Sous l’eau, une biodiversité riche et sensible

Sous l’eau, une biodiversité riche et sensible

Photo 6/7© MARTIN MELLET/Under The Pole/zeppelinNetwork

“On ne s’y attend pas mais, même dans l’eau à 0 °C de l’Arctique, la vie est foisonnante et colorée. On y croise petites méduses, gorgones, oursins, anémones… ou des poissons scorpions qui surveillent leur territoire. Autant d’espèces dont l’équilibre sera complètement perturbé quand la température augmentera, ne serait-ce que de 1°C ou 2 °C.”

Terre à grand spectacle

Terre à grand spectacle

Photo 7/7© FRANCK GAZZOLA/Under The Pole/zeppelinNetwork

“Tout au long de notre hivernage, les aurores boréales nous ont ébloui de lumières. Elles apportent une touche féérique aux activités quotidiennes. Malgré la menace du réchauffement climatique, elles semblent à la fois intemporelles et totalement immuables.”

Diaporama à suivre ...