Indonésie, les derniers orangs-outans

9 photos
Défier son rival

Défier son rival

Photo 1/9© Tim Laman

Les orangs-outans de Sumatra constituent une espèce distincte. Ils sont environ 14 000 à l’état sauvage. Ici, un mâle défie un rival en montrant ses dents et en secouant des branches.

Victimes du trafic d'animaux

Victimes du trafic d'animaux

Photo 2/9© Tim Laman

Au marché noir des animaux de compagnie, le bébé orang-outan vaut cher. Comme sa maman est très protectrice, il faut la tuer pour lui enlever son enfant. Ces orphelins ont été recueillis par une association.

Champion du monde des poids lourds

Champion du monde des poids lourds

Photo 3/9© Tim Laman

Un orang-outan de Bornéo grimpe à 30 m dans la canopée pour saisir le fruit d’un figuier étrangleur. Les mâles pèsent près de 90 kg, faisant de l’orang-outan le plus gros animal arboricole du monde.

Apprentissage

Apprentissage

Photo 4/9© Tim Laman

Un bébé de 11 mois imite sa mère à l’heure du déjeuner. Il restera une dizaine d’années avec elle. Elle lui apprendra les techniques de survie, dont la cueillette des fruits les plus nourrissants

Palmiers vs. forêts

Palmiers vs. forêts

Photo 5/9© Tim Laman

Des rangs de palmiers à huile remplacent la forêt tropicale humide, près du parc national de Gunung Palung, à Bornéo. Le palmier à huile, utilisé dans l’alimentation et les cosmétiques, dévore l’habitat des orangs-outans.

Le coup du parapluie

Le coup du parapluie

Photo 6/9© Tim Laman

Un orang-outan de Bornéo mâle s’est fait un parapluie d’une branche feuillue. Ce comportement appris est un exemple de la « culture » transmise d’une génération à l’autre chez ces primates.

À l'école de la forêt

À l'école de la forêt

Photo 7/9© Tim Laman

Des orangs-outans orphelins sont entraînés chaque jour en forêt à acquérir les comportements qui leur permettront d’y survivre. Leurs gardiens portent des masques pour ne pas leur transmettre d’agents pathogènes.

Incendie volontaire

Incendie volontaire

Photo 8/9© Tim Laman

Les feux visant à défricher la forêt (notamment au profit des palmiers à huile) ont détruit 2,5 millions d’hectares en Indonésie, en 2015.

Condamné

Condamné

Photo 9/9© Tim Laman

Animal domestique pendant des années, ce mâle ne pourrait plus vivre à l’état sauvage.

Diaporama à suivre ...