Kumari, les déesses vivantes du Népal

9 photos
Dangol, 9 ans

Dangol, 9 ans

Photo 1/9© Stéphanie Sinclair

Dangol, 9 ans, est devenue la kumari  du village de Tokha quand elle était bébé. Qui regarde les yeux d'une kumari est censé entrer en contact avec le divin. Lors des fêtes religieuses, son front est peint en rouge, symbole d'énergie créatrice. 

Au-dessus des hommes

Au-dessus des hommes

Photo 2/9© Stéphanie Sinclair

En ce jour où son pouvoir est invoqué, la déesse ne doit pas se salir en touchant le sol. Dangol est portée par son père jusqu'au palanquin qui l'élèvera au-dessus de la foule pendant les fêtes de Bisket Jatra (le Nouvel An népalais).

Protection divine

Protection divine

Photo 3/9© Stéphanie Sinclair

Des gardiens, des prêtres tantriques et d'autres serviteurs entourent Matina Shakya, la kumari royale de Katmandou, tandis qu'elle se déplace dans un temple mobile au cours de la fête annuelle de l'Indra Jatra. 

Déesse sur son trône

Déesse sur son trône

Photo 4/9© Stéphanie Sinclair

Unika Vajracharya, 6 ans, la kumari de Patan. Ses pieds reposent sur un plateau d'offrande et un dieu serpent protège sa tête. 

Bientôt l'examen

Bientôt l'examen

Photo 5/9© Stéphanie Sinclair

Unika joue acec son frère dans le salon familial. Ses parents se demandent s'il faut la présenter à la sélection de la kumari. La titulaire a été destituée, car elle a eu ses premières règles.

Le changement est aussi intérieur

Le changement est aussi intérieur

Photo 6/9© Stéphanie Sinclair

Dangol porte un maquillage spécial lors des fêtes religieuses. D'ex-kumari disent s'être senties plus fortes en ces occasion, et que leur front irradiait de la chaleur. 

La divinité boude

La divinité boude

Photo 7/9© Stéphanie Sinclair

Resuka, 2 ans, kumari de Kilagal, refuse de manger. Si Resuka et la Kumari royale de Katmandou se rencontrent un jour, dit-on, leurs âmes quitteront leurs corps. 

Trôner au cœur du marché

Trôner au cœur du marché

Photo 8/9© Stéphanie Sinclair

Dans une échoppe de Lagankhel, Unikal reçoit d'un serviteur un collier en argent censé l'imprégner de puissance divine. Le premier rôle officiel de la nouvelle kumari de Patan est d'assister au bain rituel de l'image d'un dieu de la pluie. 

Je fais ce que je veux

Je fais ce que je veux

Photo 9/9© Stéphanie Sinclair

Unika est aussi exubérante qu'une autre, mais n'est jamais grondée. Quand elle joue avec son frère ou sa sœur, elle commande toujours. Nul ne veut encourir la colère d'une déesse. 

Diaporama à suivre ...