La mission périlleuse des gardes du corps des gorilles

10 photos
Des collines très fertiles

Des collines très fertiles

Photo 1/10© Brent Stirton

Le sol est extrêmement riche, et les paysans le cultivent jusqu’aux limites du parc. Dans la région, 4 millions de personnes gagnent à peine de quoi vivre. Certaines pénètrent dans le parc illégalement pour y cultiver le blé, le maïs, le sorgho, le manioc ou la pomme de terre.

De feu et de glace

De feu et de glace

Photo 2/10© Brent Stirton

Un garde observe un nouveau champ de lave dû au Nyamulagira, le volcan le plus actif d’Afrique. Culminant à 3 058 m, celui-ci entre en éruption tous les deux ans environ, et sa caldeira abrite un lac de magma récent. Au premier plan se situe un dépôt de soufre datant d’une récente éruption. Le parc offre des paysages d’une extrême variété, dont des glaciers, des savanes et des volcans.

En embuscade

En embuscade

Photo 3/10© Brent Stirton

Les gardes du parc national des Virunga suivent une formation quasi militaire, incluant les tactiques d’embuscade. En 1994, le conflit ethnique du Rwanda voisin a débordé au Congo. Depuis lors, les gardes sont constamment menacés par des groupes armés.

En patrouille sur le lac Édouard

En patrouille sur le lac Édouard

Photo 4/10© Brent Stirton

Sur la rive brûle un bateau confisqué par les gardes (ici avec un instructeur) qui luttent contre la surexploitation du lac Édouard. La pêche, source de revenus cruciale pour les habitants, est autorisé dans le mac, mais les gardiens sont confrontés à de nombreux bateaux illégaux.

En liberté surveillée

En liberté surveillée

Photo 5/10

Un gorille dominant sort de la jungle pour surveiller une patrouille de gardes. Pour l’essentiel, le parc a réussi à protéger de la violence les gorilles de montagne, sa principale attraction touristique. Leur population est maintenant en augmentation.

Gorilles orphelins

Gorilles orphelins

Photo 6/10© Brent Stirton

Au centre Senkwekwe pour gorilles de montagne orphelins, à Rumangabo, les gardes vivent 24 heures sur 24 avec quatre jeunes dont les parents ont été tués. Aucun gorille de montagne orphelin n’a jamais pu être réintroduit dans son milieu naturel. Ceux-ci dépendront donc toujours des humains.

Métier à très haut risque

Métier à très haut risque

Photo 7/10© Brent Stirton

Des gardes des Virunga portent à la tombe, dans son village, le cercueil de leur collègue Theodore Mbusa Matofali, 27 ans. Depuis 1996, 152 gardes du parc ont été tués, dont beaucoup par des milices rebelles agissant dans la zone.

Le survivant

Le survivant

Photo 8/10© Brent Stirton

Emmanuel de Merode, le directeur du parc, a réchappé d’une tentative d’assassinat en 2015. Depuis, des gardes du corps le protègent. Dans l’est de la RDC déchiré par la guerre, de Merode est une cible pour les opposants au parc.

La chasse aux braconniers

La chasse aux braconniers

Photo 9/10© Brent Stirton

Aidé d’un limier, un garde essaie de retrouver la trace des braconniers qui ont tué un éléphant et lui ont coupé la tête pour prendre la fuite rapidement avec ses défenses. En dépit de tels incidents, le parc compte maintenant jusqu’à 400 éléphants, dont beaucoup franchissent la frontière ougandaise.

Les paysans entre deux feux

Les paysans entre deux feux

Photo 10/10© Brent Stirton

Arrêtés dans le parc par des gardes, des cultivateurs illégaux devront purger une peine de prison ou payer une amende – et on leur expliquera pourquoi les cultures nuisent à la zone protégée. Les paysans sont souvent chassés de chez eux par les combats et contraints de cultiver pour nourrir les groupes armés.

Diaporama à suivre ...