Le Portugal réussit à faire cohabiter la civilisation et la faune sauvage

7 photos
Le parc national de Peneda-Gerês

Le parc national de Peneda-Gerês

Photo 1/7© © Peter Essick

Forêt de chênes

Forêt de chênes

Photo 2/7© © Peter Essick

Une forêt de chênes aux troncs tapissés de mousse et hérissés d’épiphytes occupe la vallée de l’Homem. Soumis à l’influence de trois types de climat, le parc national de Peneda-Gerês offre une grande variété d’habitats naturels.

Baignade estivale

Baignade estivale

Photo 3/7© © Peter Essick

Les week-ends d’été, les eaux froides de l’Homem et d’autres sites de baignade attirent des milliers de visiteurs. Cet afflux saisonnier menace l’équilibre délicat qui règne tout au long de l’année entre faune sauvage et villageois.

Royaume de cascades et de gorges abruptes

Royaume de cascades et de gorges abruptes

Photo 4/7© © Peter Essick

À cheval sur la frontière avec l’Espagne, le parc, royaume de cascades et de gorges abruptes, a été recolonisé par le bouquetin de Gredos. Les premiers individus sont venus d’un parc contigu, en Espagne, il y a une dizaine d’années. On en compte aujourd’hui une centaine.

Séchoir à maïs

Séchoir à maïs

Photo 5/7© © Peter Essick

Les séchoirs à maïs – perchés sur des piliers de pierre pour tenir les rongeurs à distance – et les aires de battage adjacentes sont au cœur de la vie paysanne depuis le XVIIe siècle, peu après que les Portugais et les Espagnols ont rapporté le maïs du Nouveau Monde.

Château de Lindoso

Château de Lindoso

Photo 6/7© © Peter Essick

Au XVIIe siècle, le château de Lindoso joua un rôle-clé dans la guerre par laquelle le Portugal se libéra de la tutelle espagnole.

La vie locale

La vie locale

Photo 7/7© © Peter Essick

Le bétail local, comme ses éleveurs, est adapté aux rudes paysages.

Diaporama à suivre ...