Les Américains débarquent (pacifiquement) à Cuba !

7 photos
Ils arrivent !

Ils arrivent !

Photo 1/7© David Guttenfelder

En mai dernier, pour la première fois en près de quarante ans, un navire de croisière américain a accosté à La Havane. Un symbole du changement à venir.

Du Malecón à la Yuma

Du Malecón à la Yuma

Photo 2/7© David Guttenfelder

Environ 145 km séparent le Malecón (la digue de La Havane, en photo) de l’extrémité des États-Unis (la Yuma, en argot cubain) la plus proche. En observant le premier paquebot américain à l’amarre, nombre de Cubains ont cette réflexion : ah ! pouvoir voyager ainsi et faire l’aller-retour entre ici et la Yuma.

Des logements délabrés

Des logements délabrés

Photo 3/7© David Guttenfelder

Les touristes trouvent du charme aux bâtiments de La Havane qui tombent en ruine, mais jettent rarement un oeil à l’intérieur. Caridad Gonzalez vit avec sa mère de 82 ans et d’autres membres de sa famille dans ce logement d’un bâtiment délabré, dont une partie s’est effondrée – ce qui n’est pas rare dans la ville.

Foule en délire

Foule en délire

Photo 4/7© David Guttenfelder

Massés autour du terminal alors que l’Adonia entre dans le port de La Havane, des Cubains accueillent les Américains comme des stars. « Un navire venant directement des États-Unis, quelle joie immense !, s’écrie l’un d’entre eux. J’ai 50 ans et je n’ai jamais vu une chose pareille. »

Connexion limitée

Connexion limitée

Photo 5/7© David Guttenfelder

Voilà peu, les Cubains n’avaient encore qu’un accès limité au Wi-Fi. À présent, chaque ville propose des bornes publiques, comme sur cette place de La Havane. Le Wi-Fi fonctionne avec des cartes d’accès à l’heure, à près de 2 euros pièce. Il reste très cher pour ceux qui ont un salaire de fonctionnaire.

Préservée… pour combien de temps ?

Préservée… pour combien de temps ?

Photo 6/7© David Guttenfelder

« Le tourisme est un rasoir à double tranchant », affirme l’architecte cubain Miguel Coyula. Pour l’heure, l’embargo américain a évité les travers du tourisme de masse à Cuba, estime-t-il : « Les gens qui viennent ici veulent comprendre. Mais je crains que cela ne change quand tout le monde viendra. »

Hasta la vista, la habana !

Hasta la vista, la habana !

Photo 7/7© David Guttenfelder

« Vous dites que vous êtes de New York, et ils s’écrient “America !” et vous serrent dans leurs bras », raconte un passager encore ému, tandis que l’Adonia quitte la baie de La Havane. Il a décidé d’apprendre Guantanamera, une chanson populaire des années 1930 devenue une sorte d’hymne international de Cuba.

Diaporama à suivre ...