Les parasites diaboliques

7 photos
Le rhizocéphale s'installe dans l'araignée

Le rhizocéphale s'installe dans l'araignée

Photo 1/7© Anand Varma

Une araignée de mer est littéralement féminisée par un rhizocéphale, crustacé cirripède parasite. Le développement de ses pinces s'arrête et son abdomen s'élargit, fournissant ainsi au parasite un "ventre" pour sa cavité incubatrice. Nourris par l'araignée de mer, les œufs éclosent, et des milliers de larves propagent l'infestation. 

La guêpe fait de la coccinelle son garde du corps

La guêpe fait de la coccinelle son garde du corps

Photo 2/7© Anand Varma

Les coccinelles, dit-on, portent chance. Mais celle qui est infestée par la la guêpe D. coccinellae n'en a pas. Quand une guêpe femelle pique une coccinelle, elle laisse derrière elle un seul œuf. Après l'éclosion, la larve mange son hôte de l'intérieur. Puis le parasite émerge et tisse un cocon entre les pattes de la coccinelle. Même si le corps de l'insecte est libéré de son bourreau, il en demeure l'esclave: il se tient au-dessus du cocon et le protège des prédateurs. Certaines coccinelles très chanceuses en réchappent. 

Le ver à tête épineuse pousse sa victime à se faire dévorer

Le ver à tête épineuse pousse sa victime à se faire dévorer

Photo 3/7© Anand Varma

Le petit crustacé H. azteca vit dans les fonds boueux des étangs. Sauf quand il est colonisé par la larve du ver P. constrictum. Lorsque la larve mûrit à l'intérieur de son corps, il abandonne les profondeurs et nage vers la lumière. Erreur fatale ! Dès qu'il arrive en surface, il tombe dans le bec d'un canard ou d'un autre oiseau d'eau. Cela fait partie du plan. Le parasite (devenu orange grâce aux pigments captés dans les tissus de son hôte) ne peut arriver à maturité que dans les intestins de ces oiseaux. 

La grenouille-taureau se voit pousser des pattes en plus

La grenouille-taureau se voit pousser des pattes en plus

Photo 4/7© Anand Varma

Le ver R. ondatrae se reproduit de façon asexuée dans un escargot. Puis sa larve trouve un têtard de grenouille-taureau, fore sa peau et forme des kystes près des membres en développement. Résultat pour la victime: des pattes en plus, en moins ou déformées. Une proie aisée pour les oiseaux amateurs de grenouilles, tel le héron. Une fois dans l'oiseau, le parasite se reproduit sexuellement. Son œuf tombe à l'eau quand l'oiseau défèque, infestant d'autres escargots. Et c'est reparti !

La chenille garde-manger

La chenille garde-manger

Photo 5/7© Anand Varma

Une guêpe femelle pond des dizaines d'œufs dans une chenille de piéride du chou – un papillon. Les larves éclosent, mangent, grossissent, puis paralysent leur hôte et le dévorent jusqu'à ce qu'elles en sortent. Quand la chenille, encore vivante, se réveille, les larves filent de petits cocons sous elle. Plutôt que de les laisser se défendre par elles-mêmes, la chenille captive tisse une couche de soie supplémentaire autour des cocons et tient la garde au-dessus de son étonnante portée. 

Le ver pousse le grillon au suicide

Le ver pousse le grillon au suicide

Photo 6/7© Anand Varma

Le grillon domestique perd toute volonté – puis la vie – au profit du ver nématomorphe. La larve du parasite l'infeste quand il se nourrit d'insectes morts, puis grandit à l'intérieur de lui. Or le grillon est terrestre, à la différence du ver au stade adulte. Alors, quand celui-ci est prêt à sortir du grillon, il en altère le cerveau et le pousse à quitter la sécurité du sol pour un plongeon suicidaire dans le trou d'eau le plus proche. Tandis que le grillon se noie, le ver adulte émerge, parfois long de 30 cm. 

Le champignon suceur de cerveau

Le champignon suceur de cerveau

Photo 7/7© Anand Varma

Pauvre fourmi affligé du suceur de cerveau Ophiocordyceps ! Si les spores du champignon atterrissent sur une fourmi, elle pénètrent dans son exosquelette et dans son cerveau, la contraignant alors à quitter son habitat normal sur le sol de la forêt et à grimper sur un arbre voisin. Pleine à craquer de champignons, la fourmi moribonde s'attache à une feuille ou à une autre surface en hauteur. Des filaments de champignon sortent de la carapace désormais vide et disséminent des spores sur les fourmis venant à passer en dessous. Le cycle recommence. 

Diaporama à suivre ...