Revendications, colères, aspirations... Ce que les murs nous murmurent de l'époque

13 photos
Orgosolo (Sardaigne)

Orgosolo (Sardaigne)

Au nord-est de la Sardaigne, le village d’Orgosolo est connu pour sa multitude de peintures murales : on en compte plus de 400 pour moins de 5 000 habitants. L’histoire commence en 1975 quand un professeur d’arts plastiques, Francesco Del Casino, invite ses élèves à célébrer le trentième anniversaire de la libération du fascisme. Son idée ? Dessiner, sur des affiches, des sujets d’actualité liés au militantisme et à l’histoire de la Sardaigne. Ici, le portrait rend hommage à l’écrivain et homme politique Emilio Lussu.

Photo 1/13© © Frédéric Soltan
Le Cap (Afrique du Sud)

Le Cap (Afrique du Sud)

« Tous devront être égaux devant la loi », peut-on lire sur cette peinture murale réalisée par l’artiste Faith47, qui lutte toujours pour l’égalité des droits en Afrique du Sud.

Photo 2/13© © Frédéric Soltan
Tunisie

Tunisie

Après « la révolution du jasmin » (de décembre 2010 à janvier 2011), les murs exposent la victoire du peuple, qui s’exprime pour la première fois.

Photo 3/13© © Frédéric Soltan
Bethléem (Cisjordanie)

Bethléem (Cisjordanie)

Durant la construction du mur de séparation entre Jérusalem et la Cisjordanie, les travaux menacent de couper en deux les jardins d’un monastère. Les sœurs qui y vivent multiplient les démarches pour faire dévier le parcours du mur. Et obtiennent finalement satisfaction. Un moine russe effectuant une retraite au monastère décide alors de célébrer la décision en peignant cette icône de la Vierge.

Photo 4/13© © Frédéric Soltan
Lima (Pérou)

Lima (Pérou)

Cette représentation récente du Christ mauve trouve ses origines en 1655. Au cours d’un violent tremblement de terre, des rues entières de Lima sont détruites, excepté un mur sur lequel un Christ drapé de mauve a été peint. Considérée comme un miracle, cette peinture est devenue l’objet d’un véritable culte au Pérou.

Photo 5/13© © Frédéric Soltan
Soweto (Afrique du Sud)

Soweto (Afrique du Sud)

Comme beaucoup de villes d’Afrique du Sud, les murs de Soweto continuent d’exposer les revendications du peuple noir, dans leur lutte contre les inégalités. « Les prisonniers doivent être libérés » ou « Légalisez la liberté ! » sont deux des slogans affichés dans le bidonville de Kliptown.

Photo 6/13© © Frédéric Soltan
Belfast (Irlande du Nord)

Belfast (Irlande du Nord)

La première fresque murale illustrant le conflit entre catholiques et protestants date de 1908. Dans les années 1970, les peintures se radicalisent, chaque camp représentant des scènes de guerre ou des symboles pour intimider l’autre.

Photo 7/13© © Frédéric Soltan
La Havane (Cuba)

La Havane (Cuba)

Depuis plus de cinquante ans, les murs de la capitale cubaine racontent, de manière « officielle », la révolution menée par Fidel Castro et Che Guevara.

Photo 8/13© © Frédéric Soltan
Gdansk (Pologne)

Gdansk (Pologne)

Le quartier de Zaspa est habité par les ouvriers des chantiers navals. Lech Wałęsa (président de la République polonaise de 1990 à 1995) y vécut longtemps. Les peintures murales sont le fruit d’un programme de réhabilitation lancé par la ville.

Photo 9/13© © Frédéric Soltan
Lisbonne (Portugal)

Lisbonne (Portugal)

La crise européenne touche durement le Portugal et plus particulièrement les classes sociales les plus démunies. Les murs de la capitale expriment la colère des habitants : « FMI hors d’ici. Vous nous avez voulus pauvres, vous nous aurez rebelles. »

Photo 10/13© © Frédéric Soltan
Philadelphie (Etats-Unis)

Philadelphie (Etats-Unis)

Façade d’un centre de désintoxication pour drogués et alcooliques. Dans les années 1980, la ville a lancé un vaste programme de réhabilitation par la peinture murale, notamment sur des immeubles dégradés par la crise économique.

Photo 11/13© © Frédéric Soltan
Mumbai (Inde)

Mumbai (Inde)

Après les attentats sanglants de novembre 2008, les étudiants d’une école d’arts plastiques s’approprient un mur pour clamer leur colère et leur tristesse. L’ancien Premier ministre et père du nationalisme indien Nehru y figure en pleurs.

Photo 12/13© © Frédéric Soltan
Kolkata (Inde)

Kolkata (Inde)

Gouvernée pendant plus de trente ans par les communistes, la ville a voté pour le changement – incarné par Coca-Cola – en 2011. Mais les firmes étrangères craignent toujours la puissance du mouvement syndicaliste régional.

Photo 13/13© © Frédéric Soltan